Vous bouger et vous cultiver

Zoom sur la MIE, une structure qui s'engage pour l'engagement

Depuis 2002, la Maison des initiatives étudiantes (MIE) accompagne les jeunes porteurs de projet franciliens. QG d'étudiant.e.s engagé.e.s ? Laboratoire d'idées ? Pépinière citoyenne ? Fablab associatif ? La MIE, c'est un peu tout ça à la fois. Ne soyez pas timide, poussez la porte, et suivez-nous pour une petite visite guidée.

Actualité étudiante - 26.06.2017

Une maison, deux adresses, trois (mille) possibilités

Structure unique (et pionnière) en France, la MIE de la Mairie de Paris met à disposition des locaux, du matériel et des ressources documentaires, gratuitement. Pour en bénéficier, il suffit de porter un ou des projets, en association ou même de façon individuelle, et d'être inscrit.e dans une université francilienne.

Salles de réunions, salle de répétition, espace de coworking, stations de montage vidéo, station de montage PAO, galerie d'exposition, plateau événementiel...



Le principe est en fait simple : vous avez une idée, ils ont - forcément - la solution.

Vous souhaitez créer une association ? Utilisez le kit-à-se lancer ! Vous avez besoin de conseils juridiques et administratifs ? Demandez un entretien indivualisé ! Votre association planche sur un projet d'ampleur mais vous manquez d'espace et de ressources ? On peut vous faire un peu de place et vous accueillir en résidence pendant un an ! Vous portez un projet culturel ? Le dispositif CréART'UP est fait pour vous.



Les talents accompagnés grâce au dispositif CréART'UP, lors de la Fête de la Musique, à la MIE


Interview de Tina Biard, directrice de la MIE

Je suis étudiant.e, j'ai un projet, une idée, j'appelle la MIE, et ensuite ?

Un étudiant peut s’inscrire avec un projet individuel, appeler la MIE et, selon la nature de son projet, être orienté. Soit vers des personnes qui vont l'accompagner dans la structuration et la création d’une association, et dans ce cas, on l’aide à développer son premier projet, on répond à ses questions, on l'épaule dans les recherches de financement.

Autre possibilité, on peut l'aider à créer son projet entrepreneurial, puisque l'on travaille notamment avec les Pépite.

On n’a pas vocation à se substituer au dispositif Pépite, mais on offre un espace de coworking gratuit aux étudiants entrepreneurs, qu’ilq soit labellisés Pépite ou pas. On a parfois des étudiants qui viennent nous voir sans forcément connaître le statut d’étudiant entrepreneur, et notre rôle va également consister à les informer, et les pousser à demander ce statut. Ensuite, on peut fournir quelques formations complémentaires.

Et puis, ça peut arriver, on a des étudiants qui portent simplement un projet d’intérêt général, et dans ce cas, on va aussi les accompagner au plus près de leurs besoins, et les accueillir à la MIE.





La MIE fête cette année ses 15 ans. Quelles sont les grandes étapes de l’évolution de la Maison ?

La MIE a été créée il y a 15 ans avec la volonté de valoriser et d’accompagner toute la création étudiante, notamment le milieu associatif. D'où la présence d'associations résidentes de façon permanente au sein de la Maison : de grands réseaux comme Animafac, le REFEDD, le GENEPI et d'autres associations comme Radio Campus Paris. Les fondations de la Maison, c'est un accompagnement dédié pour aider à l’engagement étudiant, dans le secteur associatif principalement. Outre les ressources matérielles et documentaires, la MIE portait depuis longtemps des dispositifs comme le festival ICI&DEMAIN*, et globalement des dispositifs de valorisation de la création étudiante...

*NDR : le festival ICI&DEMAIN a été remplacé par le dispositif CréART'UP

Depuis un an, la MIE a évolué. Sous l'impulsion de la nouvelle mandature*, elle s’ouvre à un public un peu plus large pour s’adapter aux modes d’engagement des jeunes et aux besoins des jeunes. 

*NDR : Marie-Christine Lemardeley est, depuis 2014, l'adjointe à la Maire de Paris pour l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante


© Maison des initiatives étudiantes - MIE Paris

Des exemples de cette ouverture ?

On s’est ouverts aux étudiants entrepreneurs, qui peuvent œuvrer à l’intérêt général – et plus généralement à tous les étudiants. Cette ouverture, c'est aussi l’accueil des étudiants internationaux.


L’engagement est un facteur d'intégration à la cité.



C'est un volet de notre activité important pour favoriser l'intégration. Toujours sur la question de l'intégration, on peut évoquer le bien-être étudiant, avec des permanences psychologiques gratuites assurées par un psychologue clinicien, dans nos locaux. Il y a un lien avec l’engagement parce que ces étudiants qui consultent sont isolés lorsqu'ils arrivent à Paris.



La rencontre avec des assos peut aussi favoriser le lien social.



Pour revenir sur le développement des nouveaux services et l'ouverture à un public plus large que les associatifs étudiants, on a également investi le champ de l’insertion professionnelle, avec un accompagnement des jeunes diplômés, notamment ceux qui sortent des universités. On n’a pas vocation à remplacer ni l’Apec ni le Pôle emploi ni les B.A.I.P, mais en complément de ces structures, on peut offrir des services, des formations etc.



© Maison des initiatives étudiantes - MIE Paris

Le récent décret de validation de l’engagement va-t-il créer de nouveaux besoins ?

En tout cas, pour les étudiants ça change beaucoup. On le voit avec de grosses têtes de réseaux, qui bénéficient du fait que les étudiants soient plus disponibles, ou du moins que leur engagement soit plus reconnu, ce qui rend leur investissement plus évident. On le voit aussi via le service civique, qui se développe beaucoup. On accueille d'ailleurs beaucoup de service civique. C’est un levier certain pour les étudiants qui s’engagent et qui à un moment donné voient leur engagement reconnu.



C'est utile pour leur avenir.



Que dirais-tu à un.e étudiant.e qui n’est pas dans une association ni un autre type d'engagement ?

On peut s'engager pour des raisons collectives : pour un bien commun, pour l’intérêt général, à son niveau, à son échelle. Faire évoluer, essayer, tester, innover, créer, notamment dans le domaine de la culture. C'est aussi une opportunité pour l’insertion professionnelle : on acquiert une compétence, un savoir faire, qui est maintenant non seulement validé par les universités, mais aussi reconnu par les employeurs.

1ère publication : 26.06.2017 - Mise à jour : 28.07.2017

CréART'UP

mie.paris.fr

Et en-dehors de Paris ?

Pour tout projet d'engagement, n'hésitez pas à vous tourner vers les maisons de l'étudiant. EVE à Grenoble, Lyon Campus, l'espace MDE du CRIJ à Marseille, MDE de l'Université Lille 1... Il en existe dans la plupart des villes universitaires. Renseignez-vous auprès de votre établissement d'enseignement supérieur ou auprès de la mairie.