Morgan Regnier, 23 ans - MeltyCasa

Déjà diplômé ou pas encore, donnez les meilleures chances à votre projet d'entreprise ! Découvrez toutes les possibilités avant de vous lancer et retrouvez les témoignages de ceux qui ont réussi.

Qui n'a jamais connu de galères pour trouver l'appartement de ses rêves ? Comment trouver facilement une colocation ? Comment faire la rencontre de ses futurs colocataires ?

Xavier de l'Auberge Espagnole en aurait rêvé, Morgan, à tout juste 23 ans, a créé la solution : Meltycasa.

Meltycasa, un logement et de l'humain

Le plus important dans la colocation, c'est l'humain

Le jeune homme vient de Toulouse. Arrivé à Bordeaux après sa prépa pour intégrer Kedge Business School, il tombe littéralement amoureux de la ville. « Quand je suis arrivé à Bordeaux j'avais trois jours pour trouver un appartement. Clairement, je n'ai pas trouvé celui de mes rêves, et j'ai dû en prendre un par défaut ». À Paris, à Londres ou à New York, même les jeunes actifs succombent à la mode de la colocation. « C'est un mode de vie à part entière. Et le plus important, c'est l'humain » nous explique Morgan, cofondateur de Meltycasa. Le marché est en effet en pleine expansion : on estime aujourd'hui à 15 millions le nombre de personnes qui vivent en colocation, un chiffre qui double tous les 24 mois. Pourquoi cette situation ? Pour Morgan le constat est simple : c'est devenu un véritable parcours du combattant de trouver un logement dans les grandes villes, notamment pour les étudiants et les jeunes actifs. La colocation devient la solution évidente : mais comment faire se rencontrer aussi bien les propriétaires, et les futurs colocataires qui ne se connaissent pas ?.

C'est ça, la belle histoire de Meltycasa. Au départ, Morgan et ses associés avaient une idée très différente : celle de créer un réseau de rencontre entre potentiels futurs colocataires. « On pouvait se rencontrer sur des critères comme les hobbies, la langue parlée ou la langue que l'on veut apprendre. L'idée était de partager une expérience enrichissante ». Comme toute jeune entreprise, Morgan propose, teste, échange, et aux fils des discussions et des rencontres fait considérablement évoluer son idée. La demande est ailleurs : il existe un réel besoin de logement, et les propriétaires ont du mal à louer leurs appartements de grandes surfaces. Pourquoi ne pas alors créer un service de réservation tout en ligne ?

Très utile, le service permet alors en quelques clics, de consulter des appartements sur une carte interactive, de déposer son dossier en ligne, et d'avoir la réponse en moins de 48h. « C'est très pratique pour ceux qui cherchent un appartement pour une moyenne et longue durée. Par exemple un étudiant Erasmus qui vit en France pour quelques mois, ou un étudiant qui change de ville pour faire un stage ». Il n'y a alors plus qu'à venir le jour de l'état des lieux la valise à la main, plutôt que de passer plusieurs nuits à l'hôtel ou de faire appel à des services comme Airbnb. Et ils commencent à se faire un petit nom : « On a même eu une demande pour un étudiant du Guatemala » nous confie Morgan en souriant.
.

Le statut est un accélérateur de projets en fournissant aux étudiant-e-s une aide à la recherche de financements, un double accompagnement personnalisé, une mise en réseau.

Meltycasa compte plus de 400 inscrits et gère une centaine d'appartements

Aujourd'hui, Meltycasa est actif à Bordeaux et à Paris. Mais Morgan et ses associés sont très ambitieux : « on veut conquérir d'autres marchés, et notamment aller dans les grandes villes européennes comme Londres, Barcelone, Madrid ou Berlin. Dans ces villes plus chères, la demande est très forte ». Et le service de rencontre entre colocataires est devenu un simple outil dans un site beaucoup plus large : « c'est ça être entrepreneur, le produit final ne ressemble souvent jamais à l'idée de base ».

Le centre PEPITE Aquitaine, créateur de réseau

Le centre PEPITE Aquitaine, créateur de réseau

Le centre PÉPITE Aquitaine est au coeur du réseau que l'on a créé ici

50% des utilisateurs de notre plateforme sont des actifs de moins de 35 ans

Entrepreneuriat Campus-Aquitaine, l'ECA, le centre PÉPITE de la région, lance un concours de business model. Dont ils vont d'ailleurs finir 3ème... sur 3. Malgré tout, ils sont repérés par la PÉPITE, qui leur permet de tisser un réseau et de faire des rencontres très importantes, comme la rencontre avec l'Auberge Numérique, un incubateur bordelais, en janvier dernier. « Cela nous a permis d'avoir un accompagnement pour trouver notre modèle économique, construire notre croissance, et même nous prêter des locaux ». Meltycasa se partage désormais entre des locaux au nord de Bordeaux prêtés par l'Auberge Numérique, et des bureaux très modernes au sein de l'ENSEIRB MATMECA obtenus grâce à l'ECA.

Le centre PÉPITE Aquitain est donc le point de départ de toute cette aventure, ceux qui leurs ont permis de rencontre l'Auberge Numérique, l'ENSEIRB ou HEMERA, un accélérateur bordelais : « le centre PÉPITE nous a été très utile. C'est lui qui est au coeur du réseau que l'on a créé ici, et grâce auquel on a rencontré des interlocuteurs qui nous ont aidés après ». Et ce partenariat n'est pas prêt de s'arrêter : ils sont toujours en contact avec l'ECA, notamment en vue d'une prochaine levée de fonds. Dès cet été, Morgan cherche en effet des business angels, pour développer encore Meltycasa, et également recruter les premiers salariés : « on veut continuer cette belle histoire » confie Morgan.

Pour les jeunes diplômé-e-s, devenir étudiant-e-entrepreneur-e permet de conserver ou retrouver le statut étudiant et les avantages associés : possibilité de prolonger les bourses sur critères sociaux*, couverture sociale étudiante*, tarifs réduits.

Etre entrepreneur ou apprendre au quotidien

Les PEPITE permettent notamment un encadrement personnalisé, un accès à des ressources numériques et favorisent la mise en réseau.

Ce n'est pas tant un hasard si Morgan s'est lancé dans l'aventure de l'entrepreneuriat à seulement 23 ans : « je viens d'une famille d'entrepreneurs : mes frères, mes parents, j'ai toujours évolué dans cet environnement-là ». Le jeune homme a pensé à tout, son projet est parfaitement réfléchi : « entreprendre à mon âge, c'est un risque certes, mais mesuré : je n'ai pas de famille à charge, d'emploi stable à quitter, on peut du coup vraiment se lancer à fond. ». Et aujourd'hui, il consacre en effet une grande partie de son temps libre au développement de l'entreprise avec ses associés.

Convaincre des clients alors que le produit n'existe pas encore, apprendre à se vendre, à manager, à créer une équipe, une culture d'entreprise et une dynamique de groupe, générer du chiffre d'affaires, entrer en relation avec des investisseurs, mais aussi plus prosaïquement gérer une entreprise et ses tracas quotidiens : voici un petit aperçu de tout ce qu'a appris Morgan en lançant son entreprise. « J'ai appris beaucoup de théories pendant mes études, des choses très utiles. Mais avec mon entreprise, j'ai appris à le mettre en pratique ». Il a à ce titre pu bénéficier d'une aide du centre PÉPITE d'Aquitaine, à travers des conférences, des tables rondes ou des mentorats. « Avec notre mentor, on a un vrai suivi, à chaque étape du projet, et cela nous permet de prendre du recul. D'habitude jamais personne ne te prend entre quatre yeux pour te dire : calme toi, prends le temps de regarder ce que tu fais. Notre mentor si».

En Europe le marché de la colocation est estimé à 15 millions de personnes 

J'ai appris beaucoup de théories pendant mes études, mais avec mon entreprise, j'ai appris à les mettre en pratique

Bien sûr, tout n'a pas été idyllique : « c'est un peu les montagnes russes. Un matin, on gagne un client. Le lendemain, un investisseur potentiel ne nous répond plus. Ça marche par phases ». Toutes les semaines, il est confronté à des difficultés ; toutes les semaines, il doit prendre des décisions ; et toutes les semaines, il en apprend encore un peu plus. Il possède déjà tout le vocabulaire d'un entrepreneur aguerri et moderne : la méthode du « lean », pour tester rapidement son produit sur le marché auprès des clients ou la méthode agile pour valider par étape, autant de termes venus tout droit de la Silicon Valley.

L'avenir ? Morgan est confiant. Surtout, il ne regrette absolument pas de s'être lancé dans cette aventure. Le jeune homme semble plein de motivation, pour faire progresser son entreprise, mais aussi pour progresser lui-même : « on apprend tous les jours. J'ai l'impression qu'on ne va jamais arrêter d'apprendre ».

D'autres questions ?

Devenir étudiant-e-entrepreneur-e, c'est une belle aventure.

Découvrez toutes les possibilités avant de vous lancer !