Lutte contre les discriminations

Racisme, antisémitisme : une semaine d'actions et de réflexion

Le racisme et l'antisémitisme ne sont pas des opinions que l'on peut défendre dans le cadre classique de la liberté d'expression. Ce sont des discriminations, qui constituent un délit. La « Semaine du 21 mars » permet de le souligner et de vous rappeler quels sont vos droits et recours face aux propos et actes haineux, que ce soit sur le web ou non.

Semaine d'actions et d'éducation contre le racisme et l'antisémitisme

Cette semaine s'est déroulée du 18 au 24 mars 2019. Sous l'impulsion de la DILCRAH, associations, établissements scolaires et universitaires, clubs sportifs et établissements culturels se sont bougés pour engager le dialogue avec toute la société civile. Conférences, expos, théâtre de rue, projections et autres actions culturelles et citoyennes se sont invitées dans les écoles, mais aussi sur certains campus.



Exemples ?


> Tous les événements de cette « Semaine du 21 mars » sur le site de la DILCRAH



J'ai été victime de discrimination, que faire ?

Le site justice.fr vous donne des définitions, des ressources et des contacts utiles et vous permet notamment...

Vous pouvez également repérer et contacter les structures d'aide aux victimes qui peuvent vous accueillir et vous accompagner près de chez vous...


Il existe également un numéro unique pour toutes les victimes, quel que soit le type d'agression ou de préjudice : le 116 006.




Le racisme et l'antisémitisme, sur le web

Sur le web, les discriminations et la haine restent... des discriminations et de la haine.



Que dit la loi ?

Une injure publique à caractère raciste, sexiste, handiphobe, ou homophobe est punissable par une peine pouvant aller jusqu'à 6 mois de prison et une amende de 22 500€. L'injure du même type mais non publique peut quant à elle être sanctionnée par une contravention de 1 500€ au maximum.



Injure publique / non publique & réseaux sociaux : quelle différence ?

L'injure publique est une injure pouvant être entendue ou lue par un public. C'est le cas des injures prononcées en pleine rue, publiées dans un journal, un blog, sur un site internet ou un réseau social « ouvert » (comme Twitter).

L'injure non publique est dans la plupart des cas prononcée par son auteur devant un cercle restreint de personnes. 

Dans certains cas, les injures prononcées sur un réseau social peuvent être considérées comme non publiques. Si l'injure a été diffusée sur un compte accessible uniquement à un nombre restreint d'amis sélectionnés par l'auteur des propos, il s'agit d'une injure non publique.



Le cyberharcèlement, c'est du... harcèlement tout court. Et donc un délit.

Le harcèlement est le fait de tenir des propos ou d'avoir des comportements répétés ayant pour but ou effet une dégradation des conditions de vie de la victime. C'est la fréquence des propos et leur teneur insultante, obscène ou menaçante qui constitue le harcèlement.

Le harcèlement en ligne est un harcèlement s'effectuant via internet (sur un réseau social, un forum, un jeu vidéo multijoueurs, un blog...). On parle aussi de cyberharcèlement. Les propos en cause peuvent être des commentaires d'internautes, des vidéos, des montages d'images, des messages sur des forums...

Le harcèlement en ligne est puni que les échanges soient publics (sur un forum par exemple) ou privés (entre amis sur un réseau social).


> Tout savoir sur le cyberharcèlement sur service-public.fr



Ne pas rester silencieux

Vous pouvez réagir, ne pas laisser faire.



Signaler le racisme et l'antisémitisme (et toute forme de discrimination)

Si vous avez été confronté·e sur Internet à un contenu à caractère raciste, sexiste, antisémite ou anti-LGBT+ et que vous souhaitez lutter à votre échelle contre la propagation des discours de haine sur les réseaux sociaux, signalez-le sur le portail officiel du Ministère de l’Intérieur, PHAROS.



Agir, grâce au kit élaboré par Animafac

Le réseau national des associations étudiantes, Animafac, met à votre disposition un kit comprenant une fiche pratique, un quiz, et des visuels afin de vous aider à monter des actions de sensibilisation sur votre campus par exemple et/ou auprès d'autres étudiants.

1ère publication : 18.03.2019 - Mise à jour : 25.03.2019