Renforcement du soutien financier aux étudiants ultra-marins

L'examen du droit à bourses sur critères sociaux est revu pour mieux prendre en compte l'éloignement du domicile familial.

Pourquoi cette mesure ?

Le coût financier de la mobilité est particulièrement élevé pour les étudiants ultramarins, en raison des frais de transport aérien, et peut constituer un frein à la poursuite d’études dans l’hexagone. C'est pourquoi, à compter de l’année universitaire 2022-2023, le Gouvernement a décidé de renforcer le soutien financier pour les étudiants en mobilité de longue distance.

De nouveaux points de charge

Dans le cadre de l’examen du droit à bourses sur critères sociaux, des points de charge sont attribués pour majorer les plafonds de revenus déterminant l’éligibilité. Actuellement, jusqu’à deux points de charges peuvent être attribués pour les étudiants réalisant leurs études à plus de 250 kilomètres de leur foyer.

À partir de la rentrée prochaine, seront attribués :

  • 3 points de charge (au total) pour une mobilité entre 3 500 et 13 000 kilomètres (notamment pour les étudiants de la Réunion, de Mayotte, de la Guyane, de la Martinique, de la Guadeloupe et de Saint-Pierre et Miquelon en mobilité dans l’hexagone).
  • 4 points de charge (au total) pour une mobilité à partir de 13 000 kilomètres (notamment pour les étudiants de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie Française en mobilité dans l’hexagone).

L’attribution de ces points de charges permettra de majorer le montant des bourses d'étudiants en mobilité déjà boursiers mais aussi de rendre éligibles aux bourses de nouveaux étudiants. Ces nouveaux points de charge s’appliquent également aux étudiants français dont les parents résident à l’étranger et aux étudiants étrangers remplissant les conditions d’attribution des bourses d’enseignement supérieur sur critères sociaux, notamment les conditions applicables aux ressortissants de l’Union européenne et aux autres ressortissants étrangers.

Le statut de boursier

Pour rappel, le statut de boursier ouvre droit à l’exonération des droits d’inscription et de la CVEC (contribution de vie étudiante et de campus), ouvre l’accès au tarif à 1 € du repas dans les restaurants universitaires et à des aides connexes aux bourses (aide au mérite, à la mobilité en master, à la mobilité internationale).

Node Footer Info